Histoires en
cartes postales

Le contexte historique et artistique



Référence bibliographique: Jean Sagnes (sous la direction de), Histoire de Béziers, Privat, Toulouse, 1986, 352 pages.

A la fin du XIXième siècle, Fernand Castelbon de Beauxhostes, riche propriétaire viticulteur des environs de Béziers, a l'idée d'organiser des spectacles lyriques populaires et de grande qualité dans les arènes de Béziers, dont la construction est en train de s'achever.

(Cliquer sur chacune des images ci-dessous pour la voir en plus haute résolution)

Les arènes de Béziers


Il gagne à ses vues Camille Saint-Saëns, qui propose l'idée de créer un spectacle complet avec chant, déclamation, musique, danse. Pour mettre à exécution son projet, Castelbon devient entrepreneur de spectacles en créant le Théâtre des arènes de Béziers.

Castelbon de Beauxhostes
Carte non datée

Castelbon de Beauxhostes
Carte de 1905


La première représentation, Déjanire de Camille Saint-Saëns, est donnée le 28 août 1898 devant un public d'environ 10000 personnes. Les moyens financiers mis en oeuvre sont très importants, les acteurs viennent de l'Odéon, les deux chanteurs solistes de l'Opéra de Paris, les danseuses de Londres, les orchestres de Barcelone et de Béziers. Saint-Saëns dirige 450 musiciens ! Le succès est énorme et le spectacle connait un retentissement à l'échelle nationale.

Déjanire, de C. Saint-Saëns


Le mouvement est lancé et jusqu'en 1906 puis de 1908 à 1911 les représentations se succèdent chaque été aux arènes, avec de nombreuses créations de grands compositeurs français de l'époque - Gabriel Fauré (Prométhée, créé en 1900 et repris en 1901), Camille Saint-Saëns (Déjanire en 1898, 1899 et 1903, Parysatis en 1902 et 1903), Déodat de Séverac (1910), etc. Ces oeuvres, crées à Béziers, sont ensuite reprises à Paris, Monte-Carlo, Toulouse. Dès 1901 arrivent des mélomanes de la capitale et d'autres régions de France, tandis que les artistes les plus prestigieux de Paris ou de la Scala de Milan viennent se produire aux arènes.

Carte autographe de F. Castelbon de Beauxhostes (1905)